Mes décObsessions - Page 7

  • « J’ai descendu dans mon jardin… »

    Rouvert le 16 mai dernier, le domaine de Chaumont-sur-Loire déploie sa Saison d’art et son 29ème Festival international des Jardins dans des conditions sanitaires strictes. Une occasion rêvée d’honorer à travers les jardins extraordinaires créés par les artistes notre « Terre Mère », comme le propose le thème de cette édition décidément très spéciale.

    Jusqu’au 1er novembre.

     

    _ES_8829.jpg

    _ES_9115.jpg

    _ES_9045.jpg

    Les jardins éphémères de cette édition

     

     

    Chaque année, une quinzaine d’artistes et plasticiens sont invités, dans le cadre de la Saison d’art, à créer des installations tandis que près de trente jardins éphémères sont conçus pour le Festival International des Jardins. En 2020, quatorze nouveaux artistes offrent leur regard sur le thème de « l’utopie verte » du Domaine. Joël Andrianomearisoa, Giuseppe Penone, Philippe Cognée, Pascal Convert, Marinette Cueco, Makoto Azuma, Isa Barbier, Sophie Lavaux, Léa Barbazanges, Bob Verschueren, Marc Nucera, Vincent Barré, Wang Keping et Axel Cassel nous entrainent dans une promenade poétique et enchanteresse. Une méditation autour du jour et de la nuit, des ombres projetées, une exposition sur « la splendeur de la forêt », des souches noires pour évoquer la mémoire des arbres, un herbier fantastique, une bibliothèque végétale, des faisceaux de plumes, des céramiques ou des cristaux, des sculptures en bois : autant d’œuvres à découvrir dans les 12 000 m2 du château et ses 32 hectares de parcs. Une visite onirique. 

     

     

    Les visiteurs sont invités à réserver des billets dématérialisés sur le site internet du Domaine afin de ne pas générer une longue file d’attente et de fluidifier les entrées. La billetterie en ligne propose des billets datés avec deux créneaux d’arrivée, un le matin (10h00-14h00), l’autre l’après midi (14h00-19h00).

     

    Une journée entière de visite reste nécessaire pour effectuer la visite complète du Domaine. Il est conseillé d’arriver tôt le matin pour profiter au mieux du site. Il est néanmoins possible d’effectuer la visite en moins de temps.

     

    > Site

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • C’est nouveau : l’hôtel-office

    Beaucoup d’entre nous avons particulièrement apprécié la période de télétravail contrainte, malgré tout, nos domiciles ne sont pas toujours adaptés, certains hôtels l’ont bien compris et proposent le nouveau concept de l’hôtel-office.

     

    Guy.Bouchet-33.JPG

    © Guy Bouchet

     

     

    L’hôtel parisien Arvor, situé à quelques encablures de la place Saint-Georges, propose ses chambres à la location pour une journée, une semaine ou un mois pour les personnes qui souhaitent y venir travailler. L’occasion parfaite pour s’évader de son domicile et profiter d’un endroit calme. L’hôtel met aussi à disposition un espace doté d’un jardin, pour des réunions jusqu’à 8 personnes. Le télétravail autrement, avec option room-service !

     

    IMG_5339.JPG

     

    HOTEL OFFICE est disponible du lundi au vendredi de 8h30 à 19h et comprend :

    • Une chambre privée avec un vrai bureau
    • L'accès wifi illimité
    • Du thé et café à disposition, dans le lobby ou via room service
    • Un réceptionniste-concierge disponible de 8h30 à 19h

     

    Tarifs :
    Chambre/Bureau Supérieur 45€ HT la journée (49,5€TTC)
    Chambre/Bureau Suite : 55€ HT la journée (60,5€TTC)
    Semaine : -10% / Mois : -15%

     

    > Site

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    Valeurs refuges - épisode 17 : la convivialité

     

    Revivre aujourd’hui

     

    planche2avec masque P JOUIN.jpg

    Croquis P.Jouin

     

     

     

    A l’heure où les restaurants s’apprêtent à rouvrir, on s’interroge sur la façon dont les nouvelles normes sanitaires s’appliqueront dans ces lieux de sociabilité. C’est la question à laquelle répond le studio Patrick Jouin, en partenariat avec le chef Alain Ducasse, pour qui le designer a déjà réalisé de nombreux restaurants. planche4 P JOUIN.jpg

     

     

    Des paravents entre chaque table, des centres de table équipés d’écrans transparents (3D ci-dessus) pour se protéger des postillons grâce à des films transparents en polypropylène recyclés à changer après chaque repas, un nombre de couverts proportionnels à la taille du restaurant, un air conditionné interdit à réinventer, une distanciation entre les membres de la brigade… Autant de points sur lesquels les designers sont bien placés pour réfléchir et proposer des idées. 

     

     

     

     

    Patrick Jouin imagine un parcours client modifié, commençant pas le désormais rituel de l’utilisation du gel hydro-alcoolique. Puis vient l’installation à une table protégée par des paravents artisanaux avec des châssis de peintre sur lesquels serait tendu du film transparent. Chaque table est accompagnée d’une desserte pour déposer les mets : « Le client finit le geste de service. » Dans son document, le designer détaille les nombreux moyens de créer soi-même ces protections ou d’en inventer, croquis à l’appui. Une démarche louable plutôt à l’attention des grands restaurants, en espérant que ces mesures ne seront pas toutes indispensables.

     

     

    inauguration distributeur solution hydroalcoolique P Jouin ©JCDecaux.jpg

    Patrick Jouin actionnant la pompe de gel hydroalcoolique à Paris

     

     

     

     

    Une période de crise faste pour la réflexion. Patrick Jouin, engagé dans la ville, a dévoilé les premiers distributeurs gratuits de solution hydroalcoolique installés dans l’espace public parisien à la demande de la mairie de Paris. Fixés sur les abris bus et les toilettes publics, les distributeurs sont implantés coté trottoir pour que chaque piéton puisse le voir. « Sa forme est née de la contrainte de loger un réservoir de 5 litres de gel hydroalcoolique ainsi qu’un dispositif de distribution, un robinet pompe, dont tout le monde comprend la fonctionnalité » raconte le designer qui l’a dessiné gracieusement pour la capitale. A terme, 2000 mobiliers urbains en seront équipés : 1500 abris-voyageurs, soit 3 abris sur 4 et l’ensemble des 435 sanitaires automatiques. Un geste généreux pour qu’enfin Paris soit une ville propre.

      

     

    > patrickjouin.com 

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire