Mes décObsessions - Page 3

  • Lever de rideau sur des cinémas oubliés

    Dans son livre « After the Final Curtain : The Fall of the American Movie Theatre », le photographe d’architecture, Matt Lambros, nous embarque à travers les ruines de 24 cinémas laissés à l’abandon aux États-Unis.

     

    Variety (2).jpg

    Variety Theatre, Cleveland, Ohio

     

     

    Des fresques au plafond, des balcons dignes de la Scala, des parterres de centaines de sièges, des colonnes et des dorures... Les vieux cinémas des années 20 aux États-Unis ressemblent davantage à nos théâtres qu’à nos multiplexes actuels. Je me suis émue à la lecture de ces 240 pages qui comptent l’histoire d’un âge d’or que la télévision est venue bousculer. Les salles ont ensuite fermé une à une et ont été, au choix, transformées, détruites ou bien simplement oubliées.

     

    Paramount Theater (3).jpg

    Paramount Theater (2).jpg

    Paramount Theater (1).jpg

    Paramount Theatre, Marshall, Texas

     

     

    24 sont répertoriées dans l’ouvrage. 24 bâtiments laissés intacts « depuis le dernier billet vendu ». Matt Lambros, qui voue une passion aux ruines et intérieurs abandonnés, s’est promis de mettre en lumière ces architectures négligées. Des trésors qu’on découvre comme si l’on était les premiers à en pousser les. Un témoignage qui milite surtout pour la réhabilitation de ces lieux.

     

    Liberty (1).jpg

    Liberty (2).jpg

    Liberty Theatre, Youngstown, Ohio

     

    Loews Canal (3).jpg

    Loews Canal (1).jpg

    Loews Canal (2).jpg

    Loew's Canal Theatre, New York, New York

     

    COPERTINA.jpg

     

    « After the Final Curtain : The Fall of the American Movie Theatre », 240 pages, 35 €, Jonglez Publishing

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • Hommage au château Margaux

    Le prestigieux domaine du Médoc célèbre son bicentenaire avec un nouveau millésime et une étiquette, architecturale !

     

    Still life Chateau Margaux 2015 Tasting room credits G. de Beauchene.jpg

    La bouteille du nouveau millésime © G. de Beauchene

     

     

    En 2015, un nouveau chai conçu par larchitecte britannique Norman Foster voyait le jour pour célébrer le bicentenaire du château de ce domaine viticole, intact depuis sa construction en 1815. Cest désormais le contenant du millésime 2015 qui nécessite une rénovation entière.

     

    External view of Nouveau Chai_credit Nigel Young_Foster + Partners.jpg

    Le chai © Nigel Young pour Foster + Partners

     

     

    Le dernier millésime de lancien directeur général de la propriété Paul Pontallier, disparu soudainement en mars 2016 et auquel la bouteille rend également hommage, reprend les codes de ce cépage pour un cru particulièrement réussi. Mais cest bien le flacon qui opère un changement, le premier depuis le XVIe siècle, en se parant de noir opaque et dune étiquette flamboyante.

     

    Chateau Margaux_Credit Saison d Or Mathieu Anglada.jpg

    Le château © Saison d'Or - Mathieu Anglada

     

     

    Et comme « la star, cest le château », il semblait évident aux propriétaires destampiller la bouteille dun croquis de la demeure à colonnades de style néo-palladien avec, en arrière plan, une sérigraphie du nouveau chai. Mélange de la tradition et de la modernité où le chai nest évidemment là que pour sublimer lécrin principal : le château Margaux.

     

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • La Grande Epicerie s’installe Rive Droite

    Que se cache derrière cette façade végétale : la plus grande épicerie dEurope.

     

    La Grande Epicerie Rive Droite - Faáade - Copyright DR.jpg

    La façade de la Grande Epicerie

     

     

    La Grande Epicerie traverse la Seine pour sinstaller rive Droite, en lieu et place du magasin Franck & Fils, dans le 16ème arrondissement de la capitale. Derrière une façade aux senteurs de thym et romarin, un escalator graphique conduit aux 2800 m2, répartis sur trois étages, de produits alimentaires venus du monde entier.

     

    La Grande Epicerie Rive Droite - La PÉtisserie - Mosaique par Mathilde Jonquiäre - Copyright DR.jpg

    Le stand pâtisserie à côté de la boulangerie

    La Grande Epicerie Rive Droite - La Place du MarchÇ 1 - Copyright DR.jpg

    La place du marché qui reprend les codes du magasin rive Gauche

    La Grande Epicerie Rive Droite - La Poissonnerie - Mosaique Mathilde Jonquiäre 1 - Copyright DR.jpg

    Le stand poissonnerie

    La Grande Epicerie Rive Droite - La Poissonnerie - Mosaique par Mathilde Jonquiäre 2 - Copyright DR.jpg

    Les sublimes mosaïques de Mathilde Jonquière

     

     

    Lentrée symbolise une place de marché avec ses étals de fruits et légumes, ses stands de poissonnerie et de boucherie ou encore son coin boulangerie qui propose les pâtisseries réalisées quotidiennement par les artisans de la maison. Les immenses fresques figuratives en mosaïques de lartiste Mathilde Jonquière, déjà présentes dans ladresse Rive Gauche, subliment les comptoirs en marbre ou carrelage noirs.

     

    La Grande Epicerie Rive Droite - La Cave - Copyright DR.jpg

    La cave sous une voute de briques

    La Grande Epicerie Rive Droite - L IbÇrique par Bellota Bellota - Copyright DR.jpg

    L'espace Ibérique par Bellota Bellota

     

     

    Le sous-sol, dédié à la cave, se déroule dans un couloir de plus de quarante mètre de long en briques où sexposent vins, champagnes et autres alcools, accompagnés de trois espaces : « ibérique », charcuterie et fromages. Comble du luxe, les aliments sont présentés derrière des verrières datelier qui font office de vitrines et évoquent « les gardes manger dantan ».

     

    La Grande Epicerie de Paris -  Vue gÇnÇrale - Copyright DR.jpg

    La coupole surplombant les escalators

    La Grande Epicerie Rive Droite - Restaurant Le Rive Droite par Beatriz Gonzalez - Copyright DR.jpg

    Restaurant Le Rive Droite

     

     

    Au premier étage, on retrouve la cuisine du monde, qui a fait la réputation de lépicerie, et un coin dédié au luxe et à la gastronomie française. Enfin, sous la coupole historique du magasin composée de plus de deux mille trois cent prismes de verre, on découvre le restaurant. Cest la Mexicaine Beatriz Gonzalez, déjà chef de deux restaurants parisiens, qui tient les manettes de cette vaste salle circulaire aux teintes vertes. Les tissus des chaises Pierre Paulin et Kodof-Larsen saccordent aux tables de Piet Hein Eek en marbre vert. Comme un clin dœil à la façade qui semble sêtre immiscée dans ce lieu de vie.

     

    > La Grande Epicerie, 80 rue de Passy, 75016 Paris

    Pin it! Lien permanent 2 commentaires