Mes décObsessions - Page 12

  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    De l’air ? De l’art ! - épisode 12 : la curiosité

     

    Giacometti intime

     

    Alberto Giacometti avec le platre de la Grande Femme IV dans la cours de l atelier 1960 photo Annette Giacometti Archives Fondation Giacometti Paris.jpg

    Alberto Giacometti avec le plâtre de la Grande Femme IV dans la cours de l atelier 1960

    Photo Annette Giacometti Archives Fondation Giacometti Paris

     

     

    Un challenge artistique, un documentaire inédit, des conférences à écouter ou à réécouter, en temps de confinement L’Institut Giacometti nous nourrit de culture.

     

    Si toutes les conférences sont disponibles en replay sur le site de l’Institut (« l’atelier mythique d’Alberto Giacometti » par exemple, ou « Alberto Giacometti : une vie à dessiner »), il est également possible de s’inscrire aux prochaines et de les écouter en direct. Le vendredi 24 avril, la directrice des collections de la Fondation Giacometti, Emilie Bouvard, a évoqué la vie d’Alberto Giacometti de 1942 à 1945 en Suisse après avoir quitté Paris le 31 décembre 1941. « Paradoxalement, lui qui revient dans son pays natal vit comme un exilé dans le petit espace de sa chambre d’hôtel qu’il aménage en atelier. Dans cet espace confiné, Alberto Giacometti va pourtant devenir celui que l’on connaît » raconte-t-elle. La suite durant la conférence, à retrouver ici.

     

    La Girafe bavarde photo Fondation Giacometti.jpg

    © Fondation Giacometti

     

     

    Besoin d’idées créatives ? Fabriquez une girafe bavarde. Celle de Giacometti et de Buñuel a mystérieusement disparu en 1932 : suivez le tuto en vidéo pour faire réapparaitre cette girafe surréaliste !

     

    5.  Façade de l’Institut Giacometti, Paris, 2019 © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris) 2020.jpg

    Façade de l’Institut Giacometti, Paris, 2019 © Succession Alberto Giacometti

    (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris) 2020

     

     

    Enfin, jusqu’au 4 mai, l’Institut propose de visionner « Les Heures chaudes de Montparnasse », réalisé en 1960 par Jean-Marie Drot. Un recueil de témoignages des figures mythiques du quartier de Montparnasse de la grande époque « dite, des 'heures chaudes’ ». Alberto Giacometti s’y dévoile dans son atelier. En accès libre avec le code #GiacomettiChezVous avec l’aimable autorisation des ayants-droits.

     

    > Regarder le film

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    De l’air ? De l’art ! - épisode 11 : l’inattendu

     

    Cultivons-nous en jouant online

     

    552927-prisme7-le-tout-premier-jeu-video-du-centre-pompidou-3.jpg

    Jeu vidéo du Centre Pompidou

     

     

     

     

    Je ne sais pas chez vous, mais chez moi, mon fils bat des records de temps passé sur ses jeux vidéo. Alors « Prisme 7 », le premier jeu vidéo du Centre Pompidou tombe à point nommé. « Et si le jeu vidéo était aussi capable de jouer avec les règle de l’art, d’en challenger les canons ? » s’interroge Olivier Mauco, co-producteur du jeu et président de Game in Society. L’idée : produire une œuvre contemporaine qui s’inscrit dans l’histoire de l’art partant du principe qu’un artiste joue avec la réalité. 

     

     

     

     

     

    Au fur et à mesure de son parcours et des univers franchis, « le joueur collecte des œuvres, se constituant ainsi une galerie virtuelle personnelle ». Il croise la route du « Rhinocéros » de Xavier Veilhan, « New York City » de Piet Mondrian, « Big Electric Chair » d’Andy Warhol et même les célèbres tuyaux du bâtiment du Centre Pompidou conçu par le duo d’architectes Renzo Piano et Richard Rogers. Une immersion artistique où le son s’impose aussi. Le jeu est disponible, en anglais et en français, gratuitement sur mobile et ordinateur.

     

     

    > Plus d’informations

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    Valeurs refuges - épisode 9 : la gratitude

     

    L’élan généreux des Talents

     

    H0965-L207305978.jpg

    La guitare de Keren Ann

     

    H0965-L207308702.jpg

    La robe Pierre Cardin

    H0965-L207475380.jpg

    La théière Astier de Villatte

    rubon1906.jpg

    © MAD

     

     

    Je ne manquerai pas, le 27 avril, la vente caritative « Les Talents s’engagent au profit de SOS EHPAD » (organisation à but non lucratif qui aide « concrètement à améliorer le quotidien du personnel des EHPAD, en première ligne dans la lutte contre le virus »), organisée par la maison de ventes Tajan. Parmi les lots, une guitare de Keren Ann, une théière Astier de Villatte, un trench customisé par Inès de la Fressange ou une robe Cardin. Le Musée des Arts Décoratifs offre lui une visite privée pour deux personnes de l’exposition « Harper’s Bazaar, premier magazine de mode » avec Olivier Gabet, directeur du Musée des Arts Décoratifs, un jour de fermeture, dès la réouverture du musée. Deux catalogues de l’exposition seront également offerts. 

     

    > Site de la vente caritative

     

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire