- Page 3

  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    De l’air ? De l’art ! - épisode 9, redécouvrir les chef-d‘œuvres

     

    Dans l’enfer de Rodin

     

    rodin-porte-enfer.jpg

    La porte du sculpteur Auguste Rodin

     

     

    Le musée Rodin, actuellement fermé, propose aux internautes de redécouvrir une pièce majeure, « La Porte de l’Enfer ». En 1880, Auguste Rodin reçoit la commande d’une « porte décorative » ornée de « bas-reliefs représentant la Divine Comédie du Dante » selon les termes de l’arrêté ministériel. Il choisit rapidement « L’Enfer » de Dante, la première partie de la Divine Comédie où le poète florentin du XIIIème siècle décrit « sa traversée des neufs cercles composant les régions infernales ». 

     

    Un chef-d’œuvre pour lequel le sculpteur créa plus de 250 groupes et figures : on y aperçoit certaines de ses compositions les plus célèbres comme « Le Penseur » ou « Fugit Amor ». Le musée Rodin offre de nombreux textes d’analyse, des explications, le contexte historique et les mises en avant de toutes les figures représentées sur cette porte avec les photos des œuvres préparatoires et des textes qui ont inspiré leurs créations. Et si, puisque nous avons le temps, c’était le moment de relire Dante.

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    Valeurs refuges - épisode 7 : le don

     

    Le fonds de dotation Merci offre de bons petits plats

     

    0a9bacc2-84c7-4c02-8f6d-0642fc41fa43.jpg

     

     

    « Ils se battent pour sauver nos vies, on cuisine pour égayer la leur » proclame Marie-France Cohen, la présidente du fonds de dotation Merci qui, elle comme son fils Julien, donnent comment ils respirent. C’est cette fois-ci à l’attention du personnel soignant des hôpitaux de Paris que le Fonds de dotation Merci adresse son engagement du confinement. Entouré des chefs Antonio Martone, Paolo Bertolone, Simone Bonanno de ses restaurants Les cailloux, Grazie, Pizza Chic, de son camarade Gregory Marchand du restaurant Frenchie, et de leurs équipes volontaires, Julien Cohen a monté une opération de confection et de livraison de délicieux repas mitonnés dans leurs cuisines.

     

    Marie-France Cohen évidemment met aussi elle-même la main à la pâte en préparant son légendaire hachis Parmentier ! Chaque semaine, depuis le 24 mars, avec le soutien de fournisseurs tels que Terroir d’avenir ou Carniato, plus de 430 repas complets ont été préparés et livrés tous les midis au personnel soignant des hôpitaux Salpêtrière, Cochin, Hôtel-Dieu, Bichat, Pompidou et saint-Antoine.

     

    Pour pouvoir poursuivre cette mobilisation, et ne pas devoir compter seulement sur la solidarité des fournisseurs, le Fonds de dotation Merci a besoin de notre soutien et lance une campagne d’appels aux dons. La totalité des sommes récoltées sera utilisée pour l’achat de denrées alimentaires, permettant aux équipes de continuer à cuisiner.

     

    > Faire un don

     

     

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    De l’air ? De l’art ! - épisode 8, un maitre flamand chez moi

     

    Jan van Eyck à la maison

     

    expo-van-eycke.jpg

    Affiche de l'opération

     

     

    Jan van Eyck est un peintre, né vers 1390 et mort en 1441, connu pour son réalisme minutieux. Dans le monde, seule une vingtaine de ses œuvres ont été conservées. L’exposition « Van Eyck, une révolution optique » au musée des Beaux-Arts (MSK) de Gand en rassemblait pour la première fois la majorité. Fermé durant le confinement, le musée a choisi de faire profiter le public de cette exposition historique avec une visite virtuelle commentée, en direct sur sa page Facebook. Ensuite consultable sur sa chaîne Youtube. 

     

     

     

     

    Ce projet donne le coup d’envoi au concept « Stay at Home Museum » : les amateurs d’art pourront profiter d’une visite virtuelle des principaux musées en Flandre. Après van Eyck, Bruegel, Rubens ou Ensor seront à découvrir depuis son canapé. Le 22 avril, visite en direct à la Maison de Rubens à Anvers et la semaine suivante au MuZee à Ostende pour la collection Ensor. Et personne ne vous gênera pour observer un tableau.

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire