• L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    Valeurs refuges - épisode 17 : la convivialité

     

    Revivre aujourd’hui

     

    planche2avec masque P JOUIN.jpg

    Croquis P.Jouin

     

     

     

    A l’heure où les restaurants s’apprêtent à rouvrir, on s’interroge sur la façon dont les nouvelles normes sanitaires s’appliqueront dans ces lieux de sociabilité. C’est la question à laquelle répond le studio Patrick Jouin, en partenariat avec le chef Alain Ducasse, pour qui le designer a déjà réalisé de nombreux restaurants. planche4 P JOUIN.jpg

     

     

    Des paravents entre chaque table, des centres de table équipés d’écrans transparents (3D ci-dessus) pour se protéger des postillons grâce à des films transparents en polypropylène recyclés à changer après chaque repas, un nombre de couverts proportionnels à la taille du restaurant, un air conditionné interdit à réinventer, une distanciation entre les membres de la brigade… Autant de points sur lesquels les designers sont bien placés pour réfléchir et proposer des idées. 

     

     

     

     

    Patrick Jouin imagine un parcours client modifié, commençant pas le désormais rituel de l’utilisation du gel hydro-alcoolique. Puis vient l’installation à une table protégée par des paravents artisanaux avec des châssis de peintre sur lesquels serait tendu du film transparent. Chaque table est accompagnée d’une desserte pour déposer les mets : « Le client finit le geste de service. » Dans son document, le designer détaille les nombreux moyens de créer soi-même ces protections ou d’en inventer, croquis à l’appui. Une démarche louable plutôt à l’attention des grands restaurants, en espérant que ces mesures ne seront pas toutes indispensables.

     

     

    inauguration distributeur solution hydroalcoolique P Jouin ©JCDecaux.jpg

    Patrick Jouin actionnant la pompe de gel hydroalcoolique à Paris

     

     

     

     

    Une période de crise faste pour la réflexion. Patrick Jouin, engagé dans la ville, a dévoilé les premiers distributeurs gratuits de solution hydroalcoolique installés dans l’espace public parisien à la demande de la mairie de Paris. Fixés sur les abris bus et les toilettes publics, les distributeurs sont implantés coté trottoir pour que chaque piéton puisse le voir. « Sa forme est née de la contrainte de loger un réservoir de 5 litres de gel hydroalcoolique ainsi qu’un dispositif de distribution, un robinet pompe, dont tout le monde comprend la fonctionnalité » raconte le designer qui l’a dessiné gracieusement pour la capitale. A terme, 2000 mobiliers urbains en seront équipés : 1500 abris-voyageurs, soit 3 abris sur 4 et l’ensemble des 435 sanitaires automatiques. Un geste généreux pour qu’enfin Paris soit une ville propre.

      

     

    > patrickjouin.com 

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

     

    Valeurs refuges – épisode 16 : la création

     

    Assignation à concevoir

     

    MASCARELLO LAMPE 2.jpg

    Lampe de François Mascarello

     

     

    Mais que peut bien faire un designer en confinement ? Créer bien sur ! Et pour la bonne cause. Eric Schmitt, Philippine Lemaire, François Mascarello, Eric Jourdan, Karen Swami, Christian Ghion, Eric Robin et Mathilde Brétillot ont tous fabriqué quelque chose, avec les moyens du bord, quils soient près de leur atelier, en foret ou bien loin de chez eux, pour transformer « cette assignation à résidence en acte créatif et libre ». Les bénéfices de cette opération intitulée « HomeMade », et initiée par la galerie En attendant les barbares, seront versés à la Fondation de lArmée du Salut.

     

    KAREN MIROIR 2.png

    Miroir Karen Swami

    LAMPADAIRE GHION.jpeg

    Lampadaire Christian Ghion

    LAMP-2.png

    Lampe Philippine Lemaire

     

     

    Eric Schmitt, à Larchant, a créé une lampe en « matériel de récupération », du fer et du métal rouillé. Philippine Lemaire, confinée à Ibiza, a façonné une lampe en cuir (ci-dessus). Pour François Mascarello, son confinement à Suresnes lui a permis de réaliser une lampe en plâtre sur une armature en bois (première image). La céramiste Karen Swami a tourné un vase en grège dans son appartement parisien. Quant à Christian Ghion, il offre une lampe en branchage patiné doré pour cette vente caritative (ci-dessus).

     

    Contacter la galerie par mail - agnes@barbares.com - ou par téléphone - 01 42 22 65 25 – pour toutes demandes.

     

    > Site

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L'esprit libre

    C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

     

     

     

    Valeurs refuges – épisode 15 : se faire plaisir

     

    La cuisine 2.0

     

    ADS_Cours a distance_1.jpeg

    © L'Atelier des Sens

     

     

    Les cours de cuisine LAtelier des Sens se déconfinent en ligne ! Amateurs de bonne chère, curieux en manque dactivités ou familles avec lenvie de se rassembler à lheure du confinement, LAtelier des Sens lancent des cours en vidéo et en direct pour que « léchange soit roi ». Sur lécran, un chef orchestre la leçon depuis sa propre cuisine et le ou les participants peuvent intervenir grâce à la visio-conférence.

     

    ADS_Macaron.png

    © L'Atelier des Sens

     

    Première étape, les élèves sinscrivent au cours souhaité (les enfants sont les bienvenus) puis reçoivent un tutoriel pour se connecter, la liste de courses, les recettes et le matériel nécessaire. Les cours varient d1h à 2h30 (et de 18 € à 35 €). Loin de ne concerner que les particuliers, LAtelier des Sens sadresse aussi les entreprises avec une proposition de « team building », histoire de changer de léternel réunion Zoom

     

     > Site

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire