L'esprit libre

C’est une évidence, la contrainte challenge la créativité. Et le confinement stimule l’imaginaire. En cette étrange période, où nous tentons de trouver un sens à nos existences entre parenthèses et d’occuper ces jours de patience infinie, de multiples initiatives nous donnent des motifs de nous réjouir. Culture à gogo, de l’évasion sans sortir de la maison, des gestes solidaires et réconfortants, des trésors d’inventivité que j’ai la joie de partager avec vous.

 

 

 

De l’air ? De l’art ! - épisode 11 : l’inattendu

 

Cultivons-nous en jouant online

 

552927-prisme7-le-tout-premier-jeu-video-du-centre-pompidou-3.jpg

Jeu vidéo du Centre Pompidou

 

 

 

 

Je ne sais pas chez vous, mais chez moi, mon fils bat des records de temps passé sur ses jeux vidéo. Alors « Prisme 7 », le premier jeu vidéo du Centre Pompidou tombe à point nommé. « Et si le jeu vidéo était aussi capable de jouer avec les règle de l’art, d’en challenger les canons ? » s’interroge Olivier Mauco, co-producteur du jeu et président de Game in Society. L’idée : produire une œuvre contemporaine qui s’inscrit dans l’histoire de l’art partant du principe qu’un artiste joue avec la réalité. 

 

 

 

 

 

Au fur et à mesure de son parcours et des univers franchis, « le joueur collecte des œuvres, se constituant ainsi une galerie virtuelle personnelle ». Il croise la route du « Rhinocéros » de Xavier Veilhan, « New York City » de Piet Mondrian, « Big Electric Chair » d’Andy Warhol et même les célèbres tuyaux du bâtiment du Centre Pompidou conçu par le duo d’architectes Renzo Piano et Richard Rogers. Une immersion artistique où le son s’impose aussi. Le jeu est disponible, en anglais et en français, gratuitement sur mobile et ordinateur.

 

 

> Plus d’informations

Pin it! Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.