• L’exposition Dysfunctional à Venise

    A Venise, « Dysfunctional » de la galerie Carpenters, interroge les frontières de l’art et du design, visite d’une exposition subjuguante.

     

    CARBONELL_Inside a Forest Cloud Chandelier.jpg

    Œuvre de l'artiste Carbonell

     

     

    50 œuvres de 23 artistes internationaux exposés dans la Galleria Giorgio Franchetti All Ca’ D’Oro. Dans l’un des palais les plus majestueux de Venise, le contraste avec ces pièces contemporaines est stupéfiant. Présentée par la Carpenters Workshop Gallery, en partenariat avec la banque privée suisse Lombard Odier, l’exposition interroge la place du design dans l’art, à l’heure où Venise reçoit l’un des plus grands événements artistiques au monde, sa Biennale d’Art contemporain. « Qu’est-ce qui définit une œuvre d’art » demandent Julien Lombrail et Loic Le Gaillard, co-fondateurs de la Carpenters Workshop Gallery. « Dysfunctional invite le visiteur à repenser les relations conventionnelle entre la forme et la fonction, l’art et le design, l’historique et le moderne. » Dysfunctional est un manifeste en faveur des lignes floues.

     

    ABLOH_Alaska Alaska Acqua Alta series.jpg

    Les pièces de Virgil Abloh créées pour l'exposition

    LEHANNEUR_Ocean Memories Acqua Alta series.jpg

    Au fond, les œuvres de Mathieu Lehanneur

     

     

    Au fil des différentes salles et du jardin, certaines pièces évoquent l’état de notre planète : on retrouve les frères Campana avec une installation en raphia et feuilles de palmiers séchées des forêts brésiliennes. Le directeur artistique Virgil Abloh s’est, lui, intéressé à la vie vénitienne en péril avec « Acqua Alta » qui invite à réfléchir à la montée des eaux. Le marbre vert utilisé par Mathieu Lehanneur dans son « Ocean Memories Acqua Alta » rappelle les vagues du lagon. L’œuvre « Tide Colour » de Stuart Haygarth s’intéresse à la pollution plastique.  

     

    17a64601edd623038f26e21966c27f32.jpg

    61a19d84dbb45ca88398b6ee5bf19aac.jpg

    Les frères Verhoeven installent leur création

    89a8ba25755f8733d773e708ad16020a.jpg

    "Moments of Happiness" des jumeaux Verhoeven

    5821c7e6b4558ba2ecc11e2e4da8aa55.jpg

    L'iridescence des bulles des jumeaux Verhoeven

    669967f3eab16a9d131573a71b304667.jpg

    Le contraste de deux époques

     

     

    D’autres s’inspirent du site historique où sont présentées leurs créations : Nacho Carbonell a installé une forêt de lumière dans la cour du 15ème siècle de Ca’ d’Oro. Alors que les jumeaux Verhoeven, parrainés par la maison d’horlogerie et joaillerie Piaget, ont créé pour l’occasion « Moments of Happiness » dans la loggia, au deuxième étage. Une constellation mystique de bulles de verre dont la surface iridescente reflète la lumière et les éléments d’architectures du palais. Créées avec du verre borosilicate (chauffé à une température intermédiaire entre le verre traditionnel et le verre cristal), elles donnent une impression magique de flotter dans les airs. Pour leur collaboration avec Piaget, les artistes ont, pour la première fois dans leurs réalisations, incorporé de l’or 24 carats dans ces bulles. « Nous voulons faire de l’ordinaire quelque chose d’extraordinaire » racontent-ils.

     

    BAAS_02.jpg

    L’œuvre de Marten Baas où entre l'artiste...

    BAAS_Real Time XL The Artist by Maarten Baas.jpg

    ... Et accéder à son horloge.

     

     

    Tel un hommage à l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci, l’artiste Maarten Baas a créé, spécialement pour cette exposition, « Real Time », une horloge à l’intérieur de laquelle l’artiste dessine l’heure dans son atelier.

    Et ce ne sont que quelques exemples de l’extrême richesse de cette exposition, à voir jusqu’au 24 novembre. Époustouflant.

     

    VERHOEVEN TWINS_Moments of Happiness_01.jpg

    L'installation des artistes Verhoeven dans la loggia

     

    > Jusqu’au 24 novembre 2019, exposition « Dysfunctional », Galleria Giorgio Franchetti All Ca’ D’Oro, Cannaregio, 3932, 30121 Venise, Italie

     

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • Caïus

    J’ai déjeuné chez Caïus, le restaurant parisien du chef Jean-Marc Notelet, décoré par le Studio MHNA.

     

    APR – Caius – MHNA © Francis Amiand - 1 (2).jpg

    © Francis Amiand

     

     

    A deux pas de l’Arc de Triomphe, un restaurant flirte avec les épices, dans l’assiette comme dans les couleurs de sa décoration d’intérieur. Violet, orange, rouge, le pari est osé. Les architectes d’intérieur Nicolas Adnet et Marc Hertrich du studio MHNA se sont inspirés des plats du chef Jean-Marc Notelet pour offrir une nouvelle vie à Caïus.

     

    APR – Caius – MHNA © Francis Amiand - 6 (2).jpg

    APR – Caius – MHNA © Francis Amiand - 7 (2).jpg

    APR – Caius – MHNA © Francis Amiand - 19 (2).jpg

    Toutes les photos par Francis Amiand

     

     

    Les panneaux de boiseries classiques ont été « chahutés » selon les termes des architectes puis repeints en « gris étain ». Cadre en néon et lai de feuilles d’or (posées par le doreur Bouin et Gardon), des lambris aux corniches moulurées, rythment le restaurant en préservant son élégance. Au sol, un savant trompe l’oeil d’un parquet en moquette fait sourire. Les assises en velours jaune orangé sassocient à une banquette en cuir classique. Un endroit convivial qui trouve son point d’orgue avec le bar habillé de plaques de lave émaillée rouge vermillon. Une déco, qui comme dans l’assiette, n’a pas froid aux yeux.

     

    Restaurant Caius, 6 rue d'Armaillé, 75017, Paris

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire