• Dans l’appartement Balmain

    Les boutiques Balmain du monde entier se réinventent grâce à trois architectes à suivre, réunies dans leur studio AMV.

     

    2019_02_Balmain_ParisStore_©DiegoDePol_00451.jpg

    © Diego de Pol

     

     

    Les jeunes architectes, complémentaires, se sont rencontrées aux Ateliers Jean-Nouvel où elles ont fait leurs classes avant de créer leur propre agence aujourdhui en pleine ascension. Avec un client principal de choix : Olivier Rousteing, qui en plus de sa propre maison leur a confié ses bureaux et lensemble des boutiques Balmain dans le monde, dont elles réinventent les codes.

     

    2019_02_Balmain_ParisStore_©DiegoDePol_00069.jpg

    2019_02_Balmain_ParisStore_©DiegoDePol_00172.jpg

    2019_02_Balmain_ParisStore_©DiegoDePol_00313.jpg

    © Diego de Pol

     

     

    « Matériaux précieux, mélange dun esprit moderne et de touches vintage », ainsi sont définis les aspects du style quAnna Philippou, Marie Prosperi et Victoire Guerlay veulent insuffler à « lappartement Balmain ». Aux envies « parisiennes » dOlivier Rousteing, les architectes définissent des notions incontournables de lart de vivre dans la capitale : le porche, le vestibule, les sols, lescalier dhonneur, le boudoir, les moulures Quelles réintroduisent dans leur concept de boutique.

     

    2019_02_Balmain_ParisStore_©DiegoDePol_00396.jpg

    © Diego de Pol

     

     

    Au lieu dun grand showroom, Anna Philippou, Marie Prosperi et Victoire Guerlay privilégient une succession de petites pièces. Lentrée, la bibliothèque, le salon de jeu, le jardin dhiver Dans chacune est exposée une typologie daccessoires ou de vêtements. Et la boutique Balmain se visite comme un appartement.

     

    2019_02_Balmain_ParisStore_©DiegoDePol_00555.jpg

    © Diego de Pol

     

     

    Après Milan, Londres, Hong Kong ou encore Miami, la boutique parisienne a ouvert ses portes sur 600 m2 au 374 rue Saint-Honoré. « Tout limaginaire du studio AMV y trouve son expression ultime » et permet dentrer dans un véritable hôtel particulier. Viendront Mexico, Sofia et Sao Paulo On leur promet un bel avenir !

     

    > Boutique Balmain, 374 rue Saint-Honoré, Paris

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • L’hôtel très particulier Boucheron

    A l’occasion de ses 160 ans, la Maison Boucheron a rénové son adresse historique de l’hôtel de Nocé de la place Vendôme.

     

    d1686e6a2e5b41dcd43911a6a3aa3243.jpg

     

     

    Plus qu’un léger dépoussiérage, la Maison Boucheron, membre du groupe Kering, a revu de fond en comble son adresse du 26, place Vendôme. Construit en 1717, c’est en 1893 que le fondateur de la maison installe la première boutique de joaillerie sur la célèbre place. Depuis, le bâtiment est devenu « l’ancrage des métiers et la maison de famille Boucheron ». En 2016, Boucheron constate que l’hôtel de Nocé « doit être rénové pour retrouver ses lettres de noblesse ». Classé Monuments Historiques depuis 1930, c’est Michel Goutal, architecte en chef des Monuments Historiques, qui est chargé de cette rénovation. Il lui faut remonter 300 ans d’histoire pour découvrir ce qui se cachait derrière les plafonds et les planchers, maintes fois remaniés. En parallèle, Boucheron imagine son nouvel espace et confie la décoration à Pierre-Yves Rochon, décorateur français de renom. Ensemble, ils se projettent sur l’aménagement de la boutique, le service des gemmes, le studio et l’atelier de Haute-Joaillerie. Ils souhaitent également installer un appartement central destiné à accueillir les clients pour qu’ils se sentent « comme à la maison ».

     

    4a0e8339bdfdfa8cf6e63cc97e0088e6.jpg

    317d0c7aacb6d6cb0480d6e0f464f9d5.jpg

     

     

    Si la façade du 26, voulue par le fondateur, mêlant l’or et le marbre vert, n’a presque pas bougé, ce n’est pas le cas du rez-de-chaussée, de la mezzanine et du premier étage. « Frédéric, Louis, Gérard, Alain : les générations de la famille Boucheron se succèdent et chaque époque a laissé son empreinte. » Pour retrouver les volumes initiaux, il faut remonter aux origines. Une tache ardue puisque la première description de l’hôtel date seulement de 1760. « Celui-ci décrit un immeuble déjà transformé, doté d’une extension de plusieurs écuries et d’un grand corps de logis entourant la cour. » Les Monuments Historiques s’appuient donc sur l’escalier en pierre, « colonne vertébrale de l’édifice ».

     

     

    3aab3d6ff7ff48ac335703d9125ad2a7.jpg

    5fccbc7f6d2eab3b2f521099c087fde8.jpg

    6a872e033365082566a9917773bf1ab3.jpg

     

     

    Pour la décoration, Pierre-Yves Rochon avait pour mission d’associer les meubles d’époques avec des pièces contemporaines, comme si chaque génération avait laissé son empreinte. Le grand salon, au rez-de-chaussée, en est un bon exemple : il mélange un lustre en cristal de roche signé du décorateur et réalisé par la Maison Tisserant, des fauteuils modernistes Platner, des lambris de noyer néo-Louis XV et des tables années 30. L’hôtel de Nocé réconcilie les époques.

     

    8327fbab3a06628e0ecbd94b2ddc1e93.jpg

    afd46236c9d27f5472898ea6b6765b4c.jpg

    e8d8c216c68c55e11e78aa3036d41900.jpg

     

     

    Les bureaux de vente ont totalement disparu pour que le client se sente invité et puisse déambuler dans cette maison de caractère : une révolution dans le monde de la joaillerie. Tout comme le « 26 », au deuxième étage : un appartement opéré par les services de l’hôtel Ritz Paris où quelques chanceux pourront s’installer pour la nuit. « L’étage le plus intime de la maison » puise son inspiration dans la nature : tapis aux motifs de sous-bois, canapé de Noé Duchaufour-Lawrence, table en bois brûlé, table en marbre de Mathieu Lehanneur… Un chez soi magnifié avec une vue imprenable sur la place Vendôme.

     

    > Boucheron, 26 place Vendôme, 75001 Paris

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire