• Premier showroom parisien pour C&C Milano

    Léditeur de tissus et de linge de maison italien C&C Milano sinstalle à Paris.

     

    C&C Milano Paris 1-©Fabienne Delafraye.jpg

    © Fabienne Delafraye

     

     

    Chez C&C Milano, le textile est une tradition. Larrière-grand-père de lactuel co-fondateur avait une activité de tissage de jute, chanvre et lin. Cest donc naturellement quEmanuele Castellini, co-fondateur, embrasse la même carrière avec un goût particulier pour les fibres naturelles. En 1990, il décide avec son cousin Piero Castellini, architecte dintérieur, de créer leur entreprise, fusion du monde des tissus avec celui de larchitecture intérieure.

     

    C&C Milano Paris 8-©Fabienne Delafraye.jpg

    C&C Milano Paris 12-©Fabienne Delafraye.jpg

    © Fabienne Delafraye

     

     

    Cest ce mélange quon retrouve dans leur boutique parisienne : une partie exposition des tissus produits Italie pour les créations sur-mesure et une partie présentant la collection maison, le mobilier et les papiers peints. Pour loccasion, Piero Castellini a même créé une collection daccessoires en collaboration avec Giobagnara, spécialement pour la boutique de Paris.

     

    C&C Milano Paris 3-©Fabienne Delafraye.jpg

    © Fabienne Delafraye

     

     

    Un showroom aux tonalités claires qui rend hommage à la tradition italienne. C&C Milano habille de ses tissus artisanaux de luxueuses propriétés ou bateaux et offre des produits finis comme du linge pour le bain et la chambre, des coussins, des rideaux, des plaids ou des pyjamas.

     

    > C&C Milano, 4 rue de Furstemberg, 75006 Paris

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • Souvenirs de Versailles

    Entre la Galerie des Glaces et la Chapelle Royale, la nouvelle boutique du Château de Versailles se dédie entièrement à « lart de vivre à la française » dans un décor féminin.

     

    Unknown-9.jpeg

    L'entrée par la Cour de Marbre

     

    Une boutique de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais (RMN), la cour de Marbre, sinstalle au palais de Versailles, et elle na rien à envier à son illustre château. Ouverte il y a quelques jours, elle propose aux visiteurs une interprétation des appartements privés de Louis XVI et Marie-Antoinette, sous la houlette de larchitecte dintérieur Romain Chauveau, fondateur de Supercraft studio, et supervisé par Frédéric Didier, architecte en chef des monuments historiques. « Cest un hommage au patrimoine architectural de ce lieu mythique » explique-t-on. Une boutique de 185 m2, divisée en quatre pièces, chacune reprenant un peu de lintimité du couple royal et proposant une sélection Made in France.

     

    La vingtaine de marques sollicitées ont dailleurs développé des produits exclusifs pour le château : un foulard de Ma Poésie inspiré de la perspective de la succession des salles Louis XIV, des assiettes en porcelaine Marie-Antoinette de la Faïencerie de Gien, trois éventails Versailles de Duvelleroy, des médailles de la maison Arthus-Bertrand, une collection de pochettes et sacs « Ménagerie royale » de Maison Baluchon. Même le Château de Versailles a conçu des bougies exclusives, en partenariat avec Made in Paris, ou ses bacs de jardinage. Visite.

     

     

     

    Les petits appartements de la Reine

     

    Unknown-5.jpeg

     

    Ecrin doux et élégant qui abrite les accessoires de mode, les parfums, les cosmétiques et les bijoux, cette première pièce reprend les codes du boudoir de Marie-Antoinette au Petit Trianon. Les vitrines de la bibliothèque « ont été dessinées par Supercraft studio en référence au mobilier de la Reine », peintes dans le même gris clair que le véritable boudoir. Même la tapisserie, à lintérieur des étagères, a été créée sur-mesure par Antoinette Poisson « à partir des boiseries de sa salle de bains ».

     

     

    LOffice et les jardins

     

    Unknown-1.jpeg

     

    Ce discret couloir où lon trouve les produits gourmands et la vaisselle de Gien fait référence aux offices, où « valets et marmitons saffairaient pour préparer les mets ». Les buffets clairs et vaisseliers aux montants cuivrés vintage saccordent à la couleur des murs pour une pièce claire. Au fond, un papier peint de la collection Antoinette Poisson fait référence au jardin : les outils de jardinage y sont rangés.

     

     

    Les appartements du Roi

     

    Unknown-6.jpeg

     

    Objets dédiés aux sciences, à la chasse, à lécriture : voici le cabinet de curiosité et ses vitrines vert de gris. Cette « interprétation contemporaine de la bibliothèque créée par Louis XV à Versailles » rappelle que cest ici que son héritier, Louis XVI, aimait recevoir ses proches.

     

     

    Lespace jeunesse et librairie

     

    Unknown-3.jpeg

     

    Donnant sur la Cour dhonneur, cet espace est pensé pour fluidifier le mouvement dans la boutique. Romain Chauveau a donc positionné les caisses dans un îlot central qui délimite deux passages. Dun côté, la librairie spécialisée sur le château de Versailles, de lautre, le coin jeunesse avec ses figurines, jeux ou même tatouages éphémères de lillustrateur Marin Montagut réalisées spécialement pour la boutique. Aux murs, le papier peint panoramique dAntoinette Poisson des fontaines et du jardin du château.

     

    Boutique de la cour de Marbre du Château de Versailles - Tél : + 33 1 30 97 70 95
 - Fermé le lundi
 - Du 1er novembre au 30 avril ouverte de 9h30 à 17h - Du 1er mai au 31 octobre de 9h30 à 18h

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • Lady Dior : objets d’art

    Pour la troisième fois, la maison Dior invite des artistes à réinterpréter son iconique sac Lady Dior. Cette année, ce sont uniquement des femmes, sous limpulsion de la directrice artistique Maria Grazia Chiuri, qui lont réinventé !

     

    Capture d’écran 2018-11-26 à 12.56.56.png

     

     

    Onze artistes du monde entier ont réinventé licône Dior, créée en 1995 et propulsée indémodable lorsque la princesse Diana le porta lors dun voyage à Paris. Originaires de Colombie, Turquie, Corée du Sud, Chine, États-Unis, France et Japon, elles ont mis à profit leur art pour transformer la taille, la couleur, la décoration, les anses ou le cannage du sac Lady Dior avec les ateliers de la maison Dior. Ou comment un sac peut devenir un medium artistique sublimé.

     

     

    Portait 3 - Isabelle Cornaro © Alfredo Piola.jpg

    Isabelle Cornaro © Alfredo Piola

    DLA3_ISABELLE CORNARO_CALF SKIN_ 2.jpg

     

    Isabelle Cornado, artiste française attachée aux traditions artisanales dont celles de la broderie, a choisi de réinventer la version small du sac avec une accumulation de chaînes précieuses en or et argent vieilli, « entièrement brodées sur du velours de soie ».

     

     

    Li Shurui © Likai.jpg

    Li Shurui © Likai

    DLA3_LI SHURUI_HOLOGRAM_1.jpg

     

    Li Shurui, jeune artiste chinoise, a choisi de créer un sac avec « lapparence dun hologramme hypnotique » imprimé sur le tissu enduit. Une version futuriste au dégradé de bleu, comme une hommage à « lune des couleurs emblématiques de la maison ».

     

     

    Olga de Amaral © Greg Bleakney.jpg

    Olga de Amaral © Greg BleakneyDLA3_OLGA DE AMARAL_GOLD1_4.jpg

    Olga de Amaral est une artiste visuelle colombienne, connue pour son travail en fibres recouvertes dor ou de feuilles dargent. Pour le Lady Dior, elle a donc évidemment choisi le métal précieux comme fil dAriane. « Des carrés de toile de coton et de lin brodée ont été délicatement revêtus de feuilles dor 24 carats, posées à la main sur les Lady Dior de taille medium » raconte la maison.

     

     

     

    Portait 3 - Lee Bul © Alex Finch.jpg

    Lee Bul © Alex Finch

    DLA3_LEE BUL_MOUSSE 2.jpg

    Lee Bul est engagée et semploie à dénoncer la marginalisation et loppression des minorités à travers son art. Elle a imaginé trois modèles du Lady Dior tournés vers la nature avec une extraction de roche véritable et ornée de charms en pierre et acier vieilli pour lun des sacs. Les deux autres se couvrent dune mousse verte brodée à la main de fils de soie ou de broderies de perles et tubes en verre sur du satin et de lorganza. Étonnant.

     

     

    Portrait 4 - Haruka Kojin © Go Itami.jpg

    Haruka Kojin © Go Itami

    DLA3_HARUKA KOJIN_GOLD_4.jpg

    Haruka Kojin travaille lespace au sein de son collectif japonais. Elle a brodé une multitude de lentilles transparentes, présentes dans son travail, sur de lagneau métallisé couleur argent pour la version medium de son Lady Dior. Le mini, conçu sur le même modèle, scintille également grâce à ces lentilles qui ressemblent à des miroirs oniriques.

     

     

    Mickalene Thomas © Peter Ash Lee .jpg

    Mickalene Thomas © Peter Ash Lee

    DLA3_MICKALENE THOMAS_1.jpg

    Mickalene Thomas vit aux États-Unis où elle peint, sculpte, fait de la photographie et réalise des films. « Elle imagine des œuvres à leffervescence explosive didées et de couleurs, mixant paysages et visages. » Son Lady Dior est un collage abstrait de perles, fils et organza : un « envoûtant paysage imaginaire ».

     

     

    > Collection en édition limitée, disponible dans une liste de boutiques sélectionnées dans le monde (dont la boutique parisienne de l'Avenue Montaigne) à partir de janvier et, pour la première fois et seulement pour certains pays, sur le site Dior.com.

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire