• Le Palazzo Rhinoceros, la résidence d’art Fendi

    La maison de mode italienne nen finit plus de remettre au goût du jour les palazzi de la capitale italienne ! Après le Palazzo della Civilta Italianà, Alda Fendi a inauguré sa fondation « entre hôtel boutique et lieu de création ».

     

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti. Architect Jean Nouvel. Photo Roland Halbe_RHINOCEROS INTERIOR_RH2637-0176.jpg

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti - Architecte Jean Nouvel - © Roland Halbe

     

     

    Au bord du forum, à côté de larc de Janus et du temple de Vesta, lemplacement du Palazzo Rhinoceros – qui tient son nom de lAntiquité où lanimal représentait la force – a de quoi faire rêver. En faisant appel à Jean Nouvel pour le projet, Alda Fendi sait quelle attirera également les amateurs darchitecture contemporaine. En y logeant des artistes et recevant des expositions, lendroit ne manquera pas de faire venir le monde de lart.

     

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti. Architect Jean Nouvel. Photo Roland Halbe_RHINOCEROS EXTERIOR_RH2637-0087.jpg

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti - Architecte Jean Nouvel - © Roland Halbe

     

     

    Pour la rénovation de ces trois anciens immeubles rassemblés, impossible de toucher aux façades, les extérieurs étant protégés. Larchitecte français « sest contenté de restaurer les rides » selon la cadette des sœurs Fendi. Cest à lintérieur quil déploie son savoir-faire pour lier les époques. Son agence a créé 24 appartements, tous uniques par leur agencement et leur décoration. À travers les différentes couches qui apparaissent aux murs, ce sont les époques et « la conscience du temps », explique Jean Nouvel, qui se racontent. Lameublement est minimaliste et seuls les parois brutes et carrelages dépoque détonnent, répondant à leurs pendants contemporains. « La présence de la modernité dans les appartements, raconte Jean Nouvel, est accentuée par limplantation déquipements comme les cuisines et les salles de bains. Ces objets purs et visibles sont des blocs dinox qui viennent en contraste avec les patines des murs. »

     

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti. Architect Jean Nouvel. Photo Gionata Xerra_ 16_2277.jpg

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti - Architecte Jean Nouvel - © Gionata Xerra

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti. Architect Jean Nouvel. Photo Gionata Xerra_ 21_2208.jpg

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti - Architecte Jean Nouvel - © Gionata Xerra

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti. Architect Jean Nouvel. Photo Gionata Xerra_ 35_2330.jpg

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti - Architecte Jean Nouvel - © Gionata Xerra

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti. Architect Jean Nouvel. Photo Roland Halbe_RHINOCEROS TERRACE_RH2637-0186.jpg

    Fondazione Alda Fendi Esperimenti - Architecte Jean Nouvel - © Roland Halbe

     

     

    24 appartements disponibles à la location longue durée comme pour la nuit, pour les quelques chanceux qui pourraient se le permettre. Un autre appartement restera disponible pour un artiste en résidence. Enfin, le rez-de-chaussée et le premier étage sont ouverts à des expositions gratuites et sur la terrasse de limmeuble, un restaurant offre une vue panoramique sur Rome. Pour linauguration du bâtiment, ce sont des dessins de Michel-Ange qui sont exposés. En décembre, « grâce à un accord avec le musée de lErmitage à Saint-Petersbourg, Le Garçon accroupi, sculpture de Michel-Ange, fera son retour à Rome, au Palazzo Rhinoceros ».

     

    > Fondazione Alda Fendi, Cancellata Arco di Giano Via di San Giovanni Decollato - entrare : piazza Bocca della Verità

    Pin it! Lien permanent 0 commentaire
  • Sauvez la maison de Pierre Loti !

    La maison de l’écrivain-voyageur en Charente-Maritime a été retenue parmi les 18 projets emblématiques de la mission "Patrimoine en péril". Un appel aux dons est lancé pour restaurer cet édifice inouï.

     

    0-Photo-montage de la salle renaissance_Gauche avant la fermeture au public(c)Pascal Robin_Droite dans son état actuel(c)Ouiflash-Fondation du patrimoine.jpg

    Salle renaissance : à gauche avant la fermeture au public en 2012 © Pascal Robin à droite dans son état actuel © Oui ash-Fondation du patrimoine

     

    Pagode japonaise, salle gothique, salon turc, salle renaissance, chambre des momies, salle chinoise, mosquée : de chacun de ses voyages, Julien Vaud, qui prend le pseudonyme de Pierre Loti à son retour de Polynésie française, rapporte des boiseries, mobilier et objets en tout genre pour recréer, dans cette maison où il est né le 14 janvier 1850, les ambiances quil a appréciées. Dune construction typique rochefortaise du XVIIIe siècle, la maison de Pierre Loti est devenue un musée de France, aujourdhui mal en point. Acquise par la ville de Rochefort en 1969 et ouverte au public de 1973 à 2012, la maison de lacadémicien-voyageur est à sauver.

     

    7 mosquée avant travaux (c)V.Lagardere.jpg

    La mosquée avant les travaux © V. Lagardère

    Loti dans la mosquee (c) Ville de Rochefort.jpg

    Loti dans la mosquée © Ville de Rochefort

     

     

    Après ses premiers succès littéraires en 1880, Pierre Loti entreprend de grandes transformations. Il y aménage dabord une chambre arabe, un salon turc, une salle gothique et une pagode japonaise. En 1895, il acquiert la maison mitoyenne et réunit les deux bâtiments. Il crée alors une mosquée, une salle Renaissance et une salle chinoise, développant son goût pour la mise en scène. « Dans ces salles, il donne de nombreuses et fastueuses fêtes costumées très prisées par les membres du gotha de lépoque. » Tout au long de sa vie, il collectionne des ustensiles domestiques, quil met au même niveau que des œuvres précieuses issues des collections dart islamique, indien, italien ou espagnol.

     

    8 salon turc aujourd'hui (c) Martin Charpentier Ville de Rochefort.JPG

    Le salon turc aujourd'hui © Martin Charpentier - Ville de Rochefort

    Loti en guerrier ottoman salon turc (c) Ville de Rochefort.jpg

    Loti en guerrier ottoman dans le salon turc © Ville de Rochefort

     

     

    Dans son salon turc, créé en 1877 et quil ne cessera de modifier, on trouve un plafond inspiré de lAlhambra de Grenade quil découvre lors de son voyage de noces, ainsi que des faïences dOrient, dAndalousie et du Maroc. Sa chambre arabe, imaginée en 1884, réunit des céramiques persanes et hollandaises, des coussins en cuir, bouclier et lance du Sénégal. Certaines pièces disparues seront recréées : « Afin de les faire revivre, ces décors seront associés à des habillages photographiques et scénographiques. » Ainsi, si la pagode japonaise a été vendue aux enchères en 1953, de nombreuses photographies permettent de recréer son style.

     

    Vitraux de la salle gothique Maison de Pierre Loti(c)Ouiflash-Fondation du patrimoine.jpg

    Vitraux de la salle gothique Maison de Pierre Loti © Ouiflash - Fondation du patrimoine

     

    Le projet de restauration permettra la réouverture du musée en 2022-2023 (à loccasion du centenaire de la mort de lécrivain) en proposant aux visiteurs de découvrir de nouvelles salles qui nétaient pas accessibles auparavant. Les tapisseries, tissus, peintures, mobiliers et collections ethnologiques sont aujourdhui restaurés (plus de 5000 objets sont répertoriés). Le sauvetage reste à financer. En parallèle, la Fondation du Patrimoine a créé un club de mécènes dédié à la maison et cherche, avec Stéphane Bern en charge de la mission « Patrimoine en péril » et la Ville de Rochefort de grands mécènes pour ce projet.

     

    La maison de Pierre Loti, un trésor unique et un projet qui mérite d'être soutenu : www.fondation-patrimoine.org/49060.

    Pin it! Lien permanent 4 commentaires
  • Poésie sur porcelaine

    A loccasion de la rétrospective consacrée à Miró au Grand Palais à Paris, la manufacture française de porcelaine Bernardaud édite certaines des œuvres du peintre sur un service d’exception.

     

    Ambiance_Dessert_ParlerSeul_Miro ∏ Joan Mir¢, Parler Seul, 1948-50 - Successi¢ Mir¢  ADAGP, Paris 2018.jpg

    Joan Miro, Parler Seul, 1948-50 - ADAGP, Paris 2018

     

     

    Lorsque la Successió Miró (chargée de préserver la mémoire du peintre Joan Miró et transmettre son héritage) sollicite Bernardaud pour la création d’un service d’art de la table, tous se plongent dans les archives du peintre surréaliste. Ils relisent alors « Parler seul », un poème de Tristan Tzara publié en 1948 par le nouveau galeriste du peintre Aimé Maeght et ponctué de 74 lithographies en couleurs de Miró. Ces documents originaux peuvent « se traduire sur porcelaine sans être dénaturés » et le choix de cet ouvrage illustre leur volonté de « marquer l’importance de la poésie ». Forcément, c’est « une évidence ».

     

    fmiro180726_034.jpg

    Le livre Parler seul

    fmiro180726_037.jpg

    Le livre Parler seul

     

     

    S’en suit de long mois de travail pour Bernardaud pour « restituer les textures : la densité de la gouache, la transparence de l’aquarelle, la profondeur de l’encre de Chine ». Il faut recréer le coup de pinceau, étudier le sens d’écriture des signes, recopier tout en sublimant. Des étoiles, des soleils, des lunes et des arabesques : « le jeu de signes graphiques et colorés des dessins de Joan Miró rappelle l’écriture musicale, la calligraphie chinoise ou l’art rupestre », racontent Bernardaud et la Succesió Miró. Une fois le service mis en place, la table semble chanter, prête à accueillir un festin fantasque.

     

    DSC_7880.JPG

    DSC_7955.JPG

    DSC_8019.JPG

    A Limoges, dans les ateliers Bernardaud

     

     

    Avec pour but de « rendre accessible lœuvre de Joan Miró en empruntant des chemins inattendus », cette collaboration propose un service de 100 pièces à la lisière de l’art. Un témoignage de la folle liberté de ce peintre si moderne né en 1893, qui reste d’ordinaire accessible à seulement quelques privilégiés…

     

    Ambiance_Plat_ParlerSeul_Miro ∏ Joan Mir¢, Parler Seul, 1948-50 - Successi¢ Mir¢  ADAGP, Paris 2018.jpg

     

    > Service de table de 100 pièces pour 12 personnes réalisé à partir des œuvres originales du livre Parler Seul de Tristan Tzara illustré par Joan Miró, 1948-1950, édition limitée à 100 exemplaires, 19 800 €, Bernardaud

    Pin it! Lien permanent 4 commentaires