Au plus qu’imparfait

« Et si la perfection nétait plus de mise ? »

 

exposition-imparfait-concept-store-merci.jpg

 

Cest la question que se pose le concept store parisien Merci dans le cadre de lexposition « Imparfait. Nobodys perfect » du 15 janvier au 4 févier 2017. Nous lavons découverte en avance et vous la recommandons.

 

Vases Renate Voss - 390€.jpg

Vase Renate Vos

 

Daniel Rozensztroch nous annonce « une révolution très joyeuse ». « On a envie de se montrer tel que lon est, sans fard, de mettre en avant sa personnalité plutôt que son apparence. » Les images Instagram délaissent les filtres, les défilés réintroduisent le maquillade « nude », les campagnes de mode de Juergen Teller saffichent sans Photoshop. Même au rayon légumes, les messages se multiplient pour nous apprendre à aimer ceux qui ne sont pas calibrés. Et à la maison ?

 

Cuillères en bois pichet et saladier.jpg

Vaisselle de la manufacture Digoin

 

Cest lenjeu de cette exposition. Les équipes de Merci sont allées récupérer des pièces manufacturées mises au rebut car défectueuses. « Merci pose un regard bienveillant sur les objets qui par chance ou malchance sont ébréchés, usés, troués, brûlés ou déchirés et montre comment une fois raccommodés, réparés, ravaudés grâce à la main de lhomme, il soffrent une nouvelle vie plus belle encore que la première. »

 

bocal-le-parfait.jpg

Le bocal "Le Parfait" revu et corrigé par Nadia Gallardo

 

Cest dans une ambiance de « Garage Sale », les vide-greniers américains, que sorganiseront les trouvailles de Daniel Rozensztroch et de son équipe.

 

Tout dabord, des pièces uniques commandées à des artistes sur le thème de limperfection : liconique bocal « Le Parfait » volontairement déformé par la plasticienne Nadia Gallardo, le verre de cantine Duralex, produit industriel, revu en pièce unique par les designers Loris&Livia, les pichets soufflés dans une résille de métal par lartiste Vanessa Mitrani dont verre est le terrain de jeux.

 

Set de table Kimono  - 10€.jpg

Sets de table réalisés à partir d'anciens kimonos

 

A découvrir aussi, des objets récupérés avant quils ne soient jetés et détruits comme ces presse-citron mal teints qui ont servi de tests pour des essais couleurs ou les saladiers et pichets déformés de la manufacture bourguignonne Digoin. Sans oublier les assiettes en grès de Pierre Cazenove pour Jars Céramiste sur lesquelles les émaux créent des taches.

 

Kit Kintsuji 2 - 35€.jpg

Assiette Kintsuji  - 30€.jpg

Kit "Kintsugi"

 

Enfin, dans lesprit de ce kit vendu durant lexposition qui propose de réparer les fêlures des céramiques avec de la poudre dor selon le procédé traditionnel japonais nommé « Kintsugi », des ateliers et démonstrations seront organisés. LAtelier Maximum, collectif de quatre designers, installera une de ses machines pour créer des meubles à partir de déchets issus de lindustrie. Tom of Holland « tricoteur et raccommodeur » sinstallera avec ses aiguilles et ses crochets pour réaliser sur place des raccommodages sur des couvertures trouées ou déchirées. Un atelier de réparation du futur actionnera une imprimante 3D pour scanner et réaliser les pièces manquantes dobjets endommagés.

 

Un laboratoire passionnant pour penser la beauté autrement.

 

> Merci, 111 boulevard Beaumarchais, 75003, Paris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pin it! Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.